TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Antilles-Guyane: une commission tente de lever le voile sur des événements troubles




La première commission indépendante de recherche historique consacrée à l'Outre-mer a rendu ses conclusions sur trois événements troubles et de l'histoire des Antilles et de la Guyane peu connus de l'Hexagone, "pour essayer de s'approcher le plus possible de la vérité". 
Cette commission, créée en 2014, présidée par Benjamin Stora et composée de sept historiens métropolitains et ultramarins, était un engagement de campagne de François Hollande, pour enquêter sur des manifestations sanglantes en Martinique (décembre 1959) et en Guadeloupe (mai 1967), ainsi que sur un crash d'avion en Guadeloupe en 1962 sur lesquels toute la lumière n’a pas été faite.
Des événements qui constituent des "marqueurs identitaires" pour les Outre-mer, mais "peu connus en métropole. L'objectif c'est de porter cette histoire à la connaissance du plus grand nombre", a expliqué lundi soir Benjamin Stora, en remettant son rapport à la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts. 
"Ce manque de savoir a laissé place à tous les fantasmes qui entravent la possibilité pour la mémoire collective d'aborder sereinement cette partie de l’Histoire", a estimé la ministre.
Avec ce rapport, "la France a rendez-vous avec son histoire", a déclaré Mme Bareigts, soulignant le "point commun" de ces trois événements historiques : "ils ont profondément marqué la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique". 
En croisant les sources et en étudiant les archives, "on essaie de s'approcher le plus possible de la vérité", a expliqué Benjamin Stora. Il permet aussi de souligner le contexte "de décolonisation et de construction des mouvements autonomistes et indépendantistes", rappelle-t-il.
Le 20 décembre 1959, un banal accident de la route entre un métropolitain blanc et un martiniquais noir dégénère en trois jours d'émeutes à Fort-de-France, opposant jeunes des quartiers populaires et CRS métropolitains. Elles se soldent par la mort de trois jeunes. La commission a notamment tenté de savoir s'ils étaient des manifestants venus en découdre ou des victimes collatérales, a expliqué l'historien martiniquais Louis-Georges Placide. 
Mais en vain: "On ne connaît pas encore avec certitude le statut des trois victimes" et "les circonstances de leur décès restent floues", dit la commission, qui a interrogé des témoins et des proches des victimes. Une certitude: ce "n'était pas une émeute politique" orchestrée par le parti communiste mais "une émeute populaire urbaine liée au désarroi d'une jeunesse en manque de repères".
Le 22 juin 1962, un avion s'écrase en Guadeloupe avec 113 victimes, dont des militants autonomistes, le député guyanais Justin Catayée et le Guadeloupéen Albert Beville. Des rumeurs d'attentat et de complot d'Etat se propagent. 
 

-Combien de morts? -

 
"En période de tensions politiques très fortes (en pleine décolonisation), l'Etat a classé "secret confidentiel" le rapport d'enquête, qui mettait en cause la responsabilité de la compagnie nationale Air France et de l'Etat dans l'accident (défaillance de l'équipement au sol)", a expliqué l'historien guyanais Serge Mam-Mam-Fouck, d'après les archives déclassifiés. "Mais cette non publication du rapport a alimenté la thèse de l'attentat", dont aucune preuve n'a été rapportée, ajoute-t-il.   
Le 26 mai 1967, l'échec de négociations entre des ouvriers du bâtiment et le patronat entraîne des heurts à Pointe-à-Pitre. Les forces de l'ordre ouvrent le feu et tuent des manifestants. Mais le bilan officiel de "8 morts identifiés" est régulièrement contesté, et on évoque des dizaines voire "200" morts.
Malgré des recherches dans les archives des mairies et des hôpitaux, la commission n'a pas pu prouver que le nombre de morts ait pu être supérieur à huit, a expliqué Benjamin Stora, soulignant que "le nombre de blessés par balles a été considérable". 
Elle a cependant établi un bilan de la chaîne des responsabilités des différentes forces de l'ordre sur place et déterminé que les autorités locales avaient instruit à charge la responsabilité du Gong (Groupement des organisations nationalistes de Guadeloupe, ndlr) dans ces émeutes, a souligné l'historienne Michelle Zancarini-Fournel.
Au final, selon Benjamin Stora, un tel rapport permet aussi de voir "comment se forgent après coup des enjeux mémoriels, des fabrications de mémoires".

avec AFP

Rédigé par Roxane Berget le Mardi 22 Novembre 2016 à 16:07 | Lu 696 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Pito le 22/11/2016 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et combien les membres de cette commission fantoche ont ils encaissé pour arriver à des conclusions identiques que celles définies il y a plus de 50 ans !!!!! Vraiment nul tout cela.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance