Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Affaire Sofipac : les petits agriculteurs se rebiffent



Le patron de la Sofipac William Bernier et sa principale apporteuse d'affaire, Yolande Wong Lam, à leur procès en octobre 2015.
Le patron de la Sofipac William Bernier et sa principale apporteuse d'affaire, Yolande Wong Lam, à leur procès en octobre 2015.
PAPEETE, le 29 septembre 2016 - Rattrapés par la justice alors qu'ils s'estiment eux-mêmes victimes dans le plus vaste dossier de fraude à la défiscalisation jugé à ce jour en Polynésie française, plusieurs petits agriculteurs, planteurs de vanille ou gérants de pension de famille, ont décidé de s'unir en formant un collectif de soutien.


Saisies sur comptes bancaires, activité en berne, menace d'une condamnation judiciaire et du déshonneur qui l'accompagne, les répliques de la tentaculaire affaire de fraude à la défiscalisation dite Sofipac, du nom du cabinet-conseil localement à l'origine de l'escroquerie, frappent aujourd'hui quelques-uns des 311 professionnels du secteur primaire qui s'étaient fait berner par les apporteurs d'affaire complices et commissionnés par cette société. Petits agriculteurs, éleveurs, planteurs de vanille, gérant de petites pension de famille, un certain nombre d'entre eux sont en effet convoqués en justice les 5 et 13 octobre prochains, poursuivis pour recel de cette escroquerie. Une injustice totale selon leur porte-parole, lui-même agriculteur à Moorea, Coco Teraiharoa, qui a donc décidé de créer un "collectif de soutien des victimes de la défiscalisation agricole Sofipac".

"De bonne foi"

"Nos 311 agriculteurs ont totalement fait confiance à la société Sofipac, n'étant pas des techniciens de la défiscalisation et ne maîtrisant absolument pas le processus" affirme le collectif. "Aussi, c'est avec surprise que certains agriculteurs, des mois après le jugement rendu dans l'affaire Sofipac contre les principaux auteurs, font l'objet de saisies pénales, suivie d'une audition à la gendarmerie et d'une convocation devant le tribunal correctionnel pour les uns et en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité pour les autres. Ces petits agriculteurs vont être condamnés parce que la justice considère qu'ils ont reçus de l'argent sale provenant de la fraude Sofipac et les considère de fait comme receleurs !".

Et le président du collectif de s'étonner que l'on puisse considérer comme des receleurs des agriculteurs "de bonne foi", qui ont tous donné procuration à la société Sofipac pour monter leurs dossiers, leur cartes professionnelles, relevés d'identité bancaire, "et alors même qu'ils ignoraient la bande organisée d'escroquerie et qu'ils n'avaient aucune raison de penser que l'argent ou le matériel reçu de la Sofipac étaient "sales"."

Des prête-noms pour les vrais escrocs

Entre novembre 2006 et décembre 2009, la Société financière du Pacifique (Sofipac) dirigée par William Bernier avait ainsi procédé au montage administratif et financier de 311 dossiers de défiscalisation pour une escroquerie pharaonique finalement chiffrée à plus de 3,8 milliards de Fcfp, pour 1,37 milliard de francs de crédits d'impôts non perçus par l'Etat.

William Bernier et ses apporteurs d'affaire, l'intrigante Yolande Wong Lam en tête, étaient soupçonnés, chacun à leur niveau, d'avoir mis en place et entretenu pendant toutes ces années une façon très personnelle de gérer les dossiers de défiscalisation instruits par la Sofipac, en prenant de sérieuses libertés avec le cadre légal régissant le dispositif Girardin d'incitation à l'investissement outre-mer.

Dossiers fictifs, fausses factures, perception anarchique de commissions, rétention sur un compte bancaire au nom de la société puis redistribution hors de tout cadre légal de l'argent destiné aux bénéficiaires des projets défiscalisés, montages illégaux pour l'achat de matériel d'occasion donc inéligible au dispositif Girardin : un contrôle de l'administration fiscale ira de surprise en surprise au point d'en alerter la justice.

La Sofipac prenait soin que ses dossiers ne dépassent pas le seuil des 36 millions de francs, en dessous duquel l'agrément du ministère des Finances n'était pas nécessaire et les contrôles de réalisation quasi inexistants. En métropole, un cabinet de défiscalisation choisi par Bernier et dont les acteurs du procès s'étaient tous étonnés que ses représentants n'aient pas aussi été renvoyés en justice, se chargeait de trouver les investisseurs français en quête d'optimisation fiscale.

En bout de chaîne au fenua, les petits exploitants du secteur primaire, de la perle ou de la petite hôtellerie, démarchés aux quatre coins de la Polynésie française par les apporteurs d'affaire servaient en réalité pour la plupart de prête-noms pour monter les faux dossiers, rares étant ceux qui bénéficieront finalement des financements et matériels qu'ils étaient en droit d'attendre. Ceux qui ont eu le malheur de toucher quelques subsides sont donc aujourd'hui inquiétés par la justice qui leur demande des comptes.

Considérés comme des receleurs de l'escroquerie par la justice, le président du collectif Coco Teraiharoa les voit au contraire comme des victimes : "Parce qu'ils ont été abusés de leur confiance en la Sofipac pour le montage des dossiers (…) car ils n'ont pas volé ni escroqué pour avoir l'aide de la défiscalisation, méritée de par leurs statuts d'agriculteurs, car les sociétés de défisc' ont gonflé des factures à leur insu (…) Les saisies des comptes bancaires ont entraîné des difficultés financières au sein de leur activité professionnelle et certains n'arrivent même plus à subvenir à leurs besoins ni même à acheter des aliments pour leurs animaux".


Prison ferme et 50 millions de francs d'amende pour l'ancien patron de la Sofipac en première instance

William Bernier, banquier de 71 ans et ancien patron de la Sofipac, avait écopé de 5 ans de prison dont 2 ans ferme et 50 millions de francs d'amende pour cette escroquerie en première instance, devant le tribunal correctionnel de Papeete, en janvier 2016. Il avait tenté de mettre fin à ses jours après avoir entendu les réquisitions du procureur de la République qui réclamait, lui, 7 ans de prison ferme avec mandat de dépôt et 100 millions d'amende.

Yolande Wong Lam, principale apporteuse d'affaire commissionnée par le cabinet-conseil, avait écopé de 4 ans de prison dont une année ferme et 35 millions de francs d'amende. Elle avait monté des centaines de dossiers de défiscalisation bidons après avoir démarché des dizaines d'éleveurs et autres petits producteurs, profitant notamment du carnet d'adresse de Ruben Amaru.

L'ancien vice-président de la chambre d'agriculture, pour avoir participé au montage de certains dossiers avait été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 1 million de franc d'amende, avouant pour sa défense ne pas avoir compris grand-chose à ce qu'on lui demandait de faire, manipulé par Wong Lam.

Franck Teahaamatai, autre apporteur d'affaire central dans le dossier dans le secteur de la perliculture notamment, avait écopé de 3 ans de prison dont 30 mois avec sursis et 30 millions de francs d'amende.

Pour rejoindre le collectif

Le collectif de soutien présidé par Coco Teraiharoa lance un appel "à tous les 311 agriculteurs" pour qu'ils rejoignent "sans tarder" son mouvement à l'approche des deux échéances judiciaires qui s'annoncent au mois d'octobre. Les personnes intéressées peuvent le contacter au 87.37.57.05 ou le secrétaire du collectif au 87.70.94.80.

Rédigé par Raphaël Pierre le Jeudi 29 Septembre 2016 à 05:00 | Lu 1938 fois







1.Posté par mathius le 29/09/2016 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a vraiment un problème en polynesie avec les escrocs, les autorités sont au départ toujours complice avec ces magouilleurs. Comment cet homme a pu aller si loin sans la complicité de certains décideurs administratifs et politiques gouvernementaux ?
Dans ces affaires la justice et le garant de la legalté ne sont pas très clair. la complicité de certains établissements bancaires, dans toutes ces affaires est évidente.
Pourquoi la polynesie est une terre d'accueil pour les escrocs de tous poils?.
Pourquoi les instituts bancaires ou financières sont toujours dans l'impunité de leurs magouilles?
Le systeme d'état de privilèges et d'impunités en polynesie fonctionnerait t'il toujours pour ces etablissements?

2.Posté par Mano le 29/09/2016 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai moi-même été condamné dans une affaire de défiscalisation similaire, mais comment se défendre de cette justice néocoloniale qui a décidé, sous l'autorité de l'Etat, de reprendre toutes les aides consenties aux petits exploitants, des aides vantées par cette administration coloniale. Le président du tribunal dit : La société de défiscalisation a une réputation internationale, elle ne peut donc pas être poursuivie pour escroquerie, les loups ne se mangent pas entre eux!!!
Le chef de la gendarmerie m'auditionne et me met au tribunal pour enrichissement personnel. Pendant l'audition, il me raconte qu'il est allée pleurer deux années supplémentaires en Polynésie au maire de l'île, pas pour enrichissement personnel bien sur, pour le bien de la communauté!!!

3.Posté par poko lala le 29/09/2016 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi on ne condamne pas l’État pour négligence ?

4.Posté par Mc ICE le 29/09/2016 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Escroquerie pharaonique chiffrée à plus de 3,8 milliards de Fcfp.
Même pas en taule

Tu fume de l'ICE , en taule direct.

Bon la Justice ! Bon !

5.Posté par mathius le 29/09/2016 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Mano et poko lala, c'est le pays qui est responsable et qui ferme les yeux, pourquoi?
Pourquoi vos avocats n'ont pas sitė le pays et l'état ã la barre du tribunal? En voila une bonne question ã poser ã vos conseils pour faire parvenir leur reponse ã la presse. Hé! Cela devrait être amusant....

6.Posté par Filou713 le 29/09/2016 12:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J''ai été consultant spécialité dans les montages en défiscalisation. Ce qui se passe est une honte pour la justice. Que W.B. soit un bidouiller de dossier était de notoriété publique.
Que les agriculteurs manipulés par un bonimenteur de foire soient

7.Posté par Filou713 le 29/09/2016 12:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Poursuivis est proprement injuste.
Le vraie et juste justice, si elle existait, devrait les défendre.

8.Posté par Viniura le 29/09/2016 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans une démarche de défiscalisation, il me semble qu'il faut une banque locale pour le prêt relais.
Je partage la perplexité de certains des post : rien sur les banques locales. 3,8 milliards c'est une somme quand même.
Elles n'ont rien vu ces banques ? Rien compris ?

9.Posté par mathius le 29/09/2016 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Viniura en fait le systeme pervers financier toléré pendant les essais nucleaire pour acheter les politiques fonctionne toujours. Et le scandale l'état ne trouve rien à redire, il suffirait de faire un véritable audit financier de chaque banque pour qu'elles sont les dettes effacées pendant trente ans.

10.Posté par emere cunning le 30/09/2016 04:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

UNE HONTE cette justice qui poursuit ces petits agriculteurs, horticulteurs et autres alors que ses sous-fifres de la gendarmerie n'ont pas eu besoin d'enquêter bien longtemps pour se rendre compte qu'ils sont les premières VICTIMES du Bernier, LEUR escroc de banquier. Il en a assez dans le slip pour monter des centaines de dossiers et détourner des milliards en profitant de leur défisc de me*de, mais il simule un suicide et le tour est joué, top là mon pote même plus besoin d'être présent au procès. Ce sont les nôtres qui triment dur pour leur petite entreprise qui se retrouvent humiliés et salis à la barre. Qu'ils soient condamnés ou pas, LE MAL EST FAIT et c'est DEGUELASSE. DE-GUE-LASSE A VOMIR cette france là !

11.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 01/10/2016 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est marrant combien il y a de "petits" dans la française Popolynésie hohohohohoh : "(...) petits agriculteurs, planteurs (...) Petits agriculteurs, éleveurs(...) Ces petits agriculteurs (...) au fenua, les petits exploitants du secteur primaire, de la perle ou de la petite hôtellerie (...) L'ancien vice-président de la chambre d'agriculture (...) avouant pour sa défense ne pas avoir compris grand-chose à ce qu'on lui demandait de faire (...)"

Qu'est-ce que ça va être quand les petits colonisés français de "la Polynésie française" proscrits du DROIT au RSA vont comprendre l'arnaque à laquelle ils ont participé en ne faisant PAS valoir leur DROIT à des moyens convenables d'existence car considérés comme des non-êtres humains hohohohohoho rollstahiti@gmail.com

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Septembre 2017 - 10:24 Gaya exposera ses oeuvres à la salle Muriavai mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance